L’optimisation de la préparation de commandes : indispensable pour la performance de l’entrepôt

Dans un entrepôt, la préparation de commande passe par le picking, cette tâche qui consiste à prélever un certain nombre d’articles au sein d’une zone de stockage et de les regrouper, en vue de les expédier aux clients est l’une des étapes fondamentales du processus de traitement des commandes.

Sous la pression de la concurrence, les entreprises doivent augmenter leur productivité et réduire leurs délais de livraison. Le picking devient un enjeu central pour la performance. C’est un processus qu’il faut sans cesse améliorer pour répondre aux besoins de rapidité et de fiabilité des livraisons aux clients et pour faire face (notamment dans l’e-commerce) à l’augmentation grandissante des colis à préparer (avec de moins en moins de produits à l’intérieur), des commandes avec des produits très diversifiés.

Des solutions performantes existent pour prélever et regrouper les produits commandés de manière ordonnée avant le colisage.

Le besoin d’optimisation du picking

optimisation_depreparation_1.pngÉtape importante de la mise en place et de l’organisation de commandes, le picking a toujours eu besoin d’être optimisé, au même titre que les autres processus comme l’emballage, le stockage, l’expédition etc…

Cela passe par des choses simples : limiter les déplacements des opérateurs dans la zone de travail, faciliter la manutention. Il faut réduire la longueur des trajets, rendre plus facile l’accessibilité des articles, utiliser des meubles de rangement adaptés et s’équiper d’un logiciel spécialisé de type WMS (Warehouse Management System).

Une question d’organisation…

La réduction du nombre et de la longueur des trajets est la première des priorités. Une organisation minutieuse des stocks peut considérablement améliorer l’efficacité de la préparation des commandes. Des méthodes existent. Par exemple, la Classe A regroupe les 20% des références de produits qui représentent 80% de la valeur de l’inventaire. La classe B est celle des 30% des références de produits qui représentent 15% de la valeur de l’inventaire. La classe C est celle de la masse, des produits à faible valeur, les 50% des références de produits qui représentent 5% de la valeur de l’inventaire.

Aujourd’hui, avec l’aide du WMS (et aussi du bon sens), on peut facilement organiser au mieux l’accès aux articles, les circuits de prélèvement, tracer en temps réel les mouvements des articles, éviter les ruptures de charge…etc

…de méthodes…

Tout dépend de l’activité de l’entrepôt, des types d’articles, de la rotation des stocks, de l’importance des flux etc… Aujourd’hui, différentes méthodes de picking peuvent être utilisées.

Optimisation_depreparation_2.pngLe picking individuel : le préparateur, à la réception d’une commande, se déplace dans l’entrepôt pour prélever chacun des items figurant sur sa liste. Une fois terminée, il s’occupe de la commande suivante.

C’est une méthode très simple mais qui ne fonctionne que dans de petits entrepôts pas du tout automatisés. Optimisation_depreparation_3.png

Le picking par lots : cela consiste à préparer plusieurs commandes en même temps. De cette façon, si le même article se trouve dans plusieurs commandes, l’opérateur prélève la quantité totale dans la zone indiquée.

Le picking par zones : la zone de stockage est divisée en différents secteurs selon plusieurs critères (type de produit, niveau de demande, condition de stockage, …), et on lui attribue un certain nombre d’opérateurs. Ce picking par zones est plutôt utilisé dans les entreprises ayant de nombreuses références et des commandes hétérogènes, telles que les entreprises du e-commerce. Cette méthode nécessite une zone de regroupement ou de consolidation.

Le picking par vagues : cela consiste à regrouper les commandes selon différents critères tels que l’itinéraire de livraison ou le degré de priorité, puis de les affecter à un préparateur qui doit Optimisation_depreparation_4.pngcollecter l’ensemble des références dans un délai déterminé. Cette méthode nécessite une reprise de l’ensemble des produits prélevés pour les retrier par commande.

Le picking combiné : ce sont ces méthodes précédemment citées qui sont souvent utilisées en combinaison. Cela concerne plutôt les grands entrepôts avec une véritable approche d’ordonnancement au pilotage.

…et de technologies d’interfaces

Grâce aux progrès des WMS et des technologies d’enregistrement et de traitement des données, les techniques de picking ont évolué pour indiquer aux préparateurs le trajet qu’ils doivent suivre lors de leur tournée (Person to goods) ou avec l’automatisation pour acheminer les articles vers le préparateur (Goods to person)

 

Person to Goods (PTG) : c’est une méthode traditionnelle, un préparateur va récupérer les marchandises sur un rayonnage ou un rack.

C’est le WMS qui lui organise ses tâches et son circuit de picking pour récupérer les produits affectés à la commande avec différents outils.

-La méthode « pick-to-light » : l’opérateur est assisté par des dispositifs lumineux qui vont le guider vers l’emplacement à prélever. Optimisation_depreparation_6.png

-La méthode « put to light » : consiste à équiper les opérateurs d’un chariot ou d’une étagère de stockage dotés des signaux lumineux. Ces signalétiques permettent aux préparateurs de se repérer et d’identifier plus facilement les endroits où déposer les articles prélevés.

-La méthode du « Voice Picking » : ce procédé consiste à équiper les opérateurs de casques et de micros reliés à un terminal qui leur donnent toutes les instructions aux opérateurs pour la préparation des commandes.

Ces exemples de méthodes sources de meilleure productivité et fiabilité dans le travail des préparateurs ont des avantages mais aussi des inconvénients. Elles peuvent favoriser une surcharge de travail et aussi un accroissement du stress pour les préparateurs, sans parler de tous les troubles possibles liés à une sensation de travail déshumanisé… c’est un recul important à avoir au moment de choisir et d’investir pour plusieurs années.

Goods to Person (GTP) : c’est aujourd’hui une tendance forte. Là, les produits sont amenés au préparateur par des systèmes automatisés. Il reste à son poste de prélèvement et reçoit les produits nécessaires pour composer la commande, sans avoir à se déplacer.

Gros avantage : cela réduit les déplacements de l’opérateur dans l’entrepôt et cela limite considérablement les erreurs et les risques d’accidents. Le GTP intègre les nouvelles technologies dans le fonctionnement et la gestion des entrepôts logistiques et répond à une nécessité grandissante de densité de stockage et de rapidité dans la préparation et la livraison des commandes. Il peut (doit ?) être complété avec les solutions pick et put to light.

Les nombreux défis de l’optimisation de la préparation de commandes ?

Au sein de la logistique, la préparation des commandes représente souvent plus de la moitié des coûts d’exploitation des entrepôts. C’est une activité qui traditionnellement se fait avec un recours continu au travail manuel ce qui contribue à des coûts relativement élevés.

Par ailleurs, ce sont différentes étapes qui s’enchainent et qui demandent beaucoup d’organisation : le prélèvement (picking), le tri, l’emballage, le contrôle avant expédition pour assurer le bon respect de la commande, l’étiquetage (attention aux produits électroniques à signaler), la dépose de BL, facture, catalogue, ou brochures publicitaires, et suivi de la traçabilité.

Attention aux dysfonctionnements !

Optimisation_depreparation_7.pngUne mauvaise organisation de la préparation de commandes peut être source de nombreux dysfonctionnements : collecte d’un mauvais article, mauvaise quantité de produits, mélange de plusieurs commandes, non-disponibilité d’un produit commandé qui s’avère être en rupture de stock, suractivité sur une zone spécifique de produits de forte rotation, etc…

Dans un entrepôt, l’efficacité et la qualité de la préparation des commandes peuvent économiser du temps et de l’argent sont synonymes de satisfaction des clients et d’avantage concurrentiel. 

De nombreux défis à relever !

Un phénomène global touche le domaine de la logistique : les marchandises sont de plus en plus diverses et variées, personnalisées en masse et individualisées, ce qui augmente la complexité de la gestion des processus logistiques. Cela réduit par exemple les possibilités de manutention et d’expédition en vrac. La préparation de commandes est donc directementOptimisation_depreparation_8.png impactée par ce phénomène.

Par ailleurs, l’essor rapide du commerce en ligne a beaucoup changé la donne et suscité de nombreux défis :

  • Nombre croissant de commandes, dont celles contenant un nombre de plus en plus réduit d’articles.
  • Exigence grandissante des clients en termes de livraisons rapides et fiables.
  • Variété croissante de produits dans les stocks
  • Difficultés pour trouver et garder de la main d’œuvre
  • Multiplication des formats de cartons sous peine de payer du transport d’air.

Heureusement, avec la logistique 4.0, les progrès du numérique et de la technologie, la préparation de commandes s’améliore sans cesse, car la nécessité de densifier le stockage et le nombre de commandes à gérer rapidement poussent les entrepôts à l’automatisation.

Des solutions variées pour optimiser la préparation de commandes

Optimisation_depreparation_9.pngPlus les commandes sont complexes, plus les méthodes de préparation de commandes innovantes deviennent importantes. Aujourd’hui les progrès de la robotique (en lien avec ceux de la gestion des données et de l’Intelligence Artificielle) sont tels que le prélèvement, le tri, l’emballage et le contrôle de l’expédition et la traçabilité peuvent être entièrement automatisées. Mais cette automatisation peut être limitée, voire impossible car les marchandises ne sont pas homogènes : selon leur type, leur taille, leur poids, leur volume dans de nombreux cas, c’est encore le facteur humain qui est prépondérant.

Par ailleurs, les nombreux paramètres de l’entrepôt comme le type de marchandises, les indicateurs de distribution, la rotation des stocks, le temps de livraison, la densification du stockage, les logiciels utilisés sont à prendre en compte en lien avec toutes les technologies disponibles.Optimisation_depreparation_10.png

Autant dire que l’optimisation de la préparation des commandes est (comme bien d’autres) un sujet complexe et évolutif qui suppose une analyse réaliste des besoins et uneétudeapprofondie des solutions les plus adaptées aux besoins.

  • Créé le .
  • Vues: 159

ITALIA

Simco Srl
Via Giovanni Durando 38 Pal.3 - 20158 Milano MI

  • +39 02 39 32 56 05

  • simco@simcoconsulting.com

  • P.IVA 08570130156

FRANCE

Simco Consulting Sarl
12 rue Alfred Kastler
71530 Fragnes-La-Loyère

  • +33 (0)3 65 69 00 52

  • simco@simcoconsulting.com

  • TVA FR66823213798

ESPAÑA

Simco Consulting
C/ Can Rabia 3-5, Planta 4
08017 Barcelona
  • +34 93 626 4823

  • simco@simcoconsulting.com

  • P.IVA 08570130156

Simco Consulting: Leader du conseil en logistique

© SIMCO SRL . All rights reserved. Italian certification UNI EN ISO 9001:2015 (N.9175 SMCO)